Blockchain, NFT, crypto-art… un lexique pour tout comprendre

Dans l’univers crypto on entend souvent parler du célèbre bitcoin, la monnaie virtuelle alternative à la monnaie classique. Cependant d’autres actifs numériques (ou token) s’appuyant sur la blockchain, gravitent dans cet écosystème technologique.
Ces termes ne vous disent rien ? Pas de panique. Coinception vous a préparé un petit lexique pour vous y retrouver. Retrouvez ici les termes les plus utilisés et leurs significations. Voici le glossaire !

 

Blockchain : La blockchain est une technologie de stockage et de transmission de données sous forme de blocs liés les uns aux autres et formant une chaîne (d’où son nom « chaîne de blocs »). Elle permet de sauvegarder l’ensemble des transactions de manière décentralisée, sécurisée et transparente. Elle fonctionne sans organe central de contrôle et permet donc à ses utilisateurs – connectés en réseau – de partager des données sans intermédiaire, chacun pouvant vérifier la validité de la chaîne.

Ethereum : Ethereum est un protocole d’échanges en ligne, basé sur la blockchain.
Il permet aux développeurs de réaliser et déployer des applications décentralisées ou DApps (pour decentralized applications). Alors que la fonction principale de Bitcoin est de transférer de la monnaie virtuelle, Ethereum fait fonctionner le programme de n’importe quelle application décentralisée.
L’unité de compte, la monnaie d’Ethereum est l’éther. Il sert notamment de moyen de paiement dans les “contrats intelligents” (ou smart contracts), afin de remplacer les contrats écrits en garantissant le droit des contrats numériques sécurisés par ce code informatique.

Jeton non-fongible (ou NFT) : Il s’agit d’un jeton (ou token) qui représente quelque chose d’infalsifiable, dit non-fongible. Contrairement aux cryptomonnaies, où tous les tokens sont créés de la même manière, les tokens non fongibles sont uniques et limités en quantité.
Un NFT est un nouveau format numérique qui permet d’associer un objet digital comme une image, une œuvre d’art numérique, un tweet, un article de presse, une photo, une animation, une vidéo, ou une musique, etc. à un certificat d’authenticité validé par les principes de la blockchain. Le NFT offre donc la possibilité d’établir la rareté et la propriété numérique.

Appelés également objets de collection crypto, les NFT ont différents cas d’utilisation, tels que les jeux, l’identité numérique, les licences, les certificats et l’art.

Crypto-art : L’art crypto fait référence à une œuvre d’art assortie de son certificat de propriété (NFT). L’engouement autour des NFT reflète une nouvelle manière de consommer et de collectionner l’art grâce à la cryptographie.
Le crypto-art bénéficie aux artistes : en offrant une solution à la menace de copie et contrefaçon, en s’affranchissant d’intermédiaires mais également en mettant en lumière tous types d’artistes et toute forme d’art.

Place de marché NFT : Il s’agit du lieu où échanger, acheter et vendre des NFT. C’est un peu comme des galeries d’art visuel, des musées et des maisons de ventes aux enchères… tout ça à la fois ! Les plus connues d’entre elles : Rarible, SuperRare, OpenSea ou encore Nifty Gateway…
Les transactions s’opèrent en cryptomonnaie (principalement l’ether ou le wax) ou en dollars selon la place de marché.

Brand NIFTy : C’est le concept déposé de Coinception ! L’œuvre d’art issue du Branding… où comment synthétiser et matérialiser l’univers d’une Marque dans une œuvre graphique numérique certifiée unique. Plus d’info ICI

Dans la cryptosphère on n’a pas fini d’entendre parler des projets NFT.
Dans un contexte où le numérique prédomine de plus en plus, ils sont considérés comme l’une des dernières tendances techno car ils révolutionnent le concept de biens numériques et la propriété en ligne. Rendez-vous compte : rendre unique un objet numérique et pouvoir le faire interagir dans un monde virtuel et même dans le monde réel, c’est une première dans l’histoire ! A suivre de près…